Non à la Géo-ingénierie solaire et à la Participation Insignifiante!


Déclaration de HOME sur l’expérience de géoingénierie solaire proposée par le comité consultatif SCoPEx

Bloquer le soleil à grande échelle pour refroidir la planète : telle est l’idée défendue par un petit groupe de géo-ingénieurs. La géoingénierie solaire est un ensemble de propositions dangereuses qui pourraient avoir des effets désastreux, en particulier dans le Sud mondial. Et la géoingénierie ne fera rien pour s’attaquer aux causes structurelles du changement climatique ; c’est pourquoi elle est soutenue avec enthousiasme par l’industrie des combustibles fossiles.

Il faut être très prudent avec ce genre d’expériences. Les effets complets d’un déploiement de la géoingénierie solaire sont inconnus. Par exemple, l’arrêt soudain du déploiement à grande échelle de la géoingénierie solaire pourrait provoquer une augmentation brutale des températures mondiales – connue sous le nom de “termination shock”. Des effets dévastateurs non intentionnels sur la vie végétale, animale et humaine dans le monde entier sont également possibles. 

Les “petites” expériences en plein air ne peuvent pas être dissociées de l’avancement de la technologie à grande échelle. Les expériences proposées aujourd’hui ne nous en diront pas beaucoup sur les effets de la technologie sur le climat. Elles rendront cependant une mise en œuvre à grande échelle plus probable.

Les technologies de géo-ingénierie solaire sont incertaines et comportent des risques environnementaux et sociaux élevés. Tout comme les technologies d’élimination du dioxyde de carbone, elles permettraient d’ancrer des solutions technologiques problématiques et des idées politiques pour la crise climatique. En attendant, les entreprises telles que celles du pétrole, du charbon, du gaz et de l’agroalimentaire seraient moins susceptibles d’être tenues redevable du rôle qu’elles ont joué dans la création des crises dans lesquelles nous nous trouvons. Elles pourraient tirer profit du développement et du déploiement de ces nouvelles technologies.

En raison de ses nombreux impacts potentiels, la géoingénierie solaire est actuellement soumise à un moratoire de facto soutenu par 196 pays – les parties à la Convention des Nations unies sur la biodiversité (CDB). Les États-Unis ne sont pas partie à la CDB. 

L’Expérience sur la Perturbation Stratosphérique Contrôlée (SCoPEx), un projet de test d’équipement pour la géoingénierie solaire basé à l’Université de Harvard, tente de contourner cet appel à la précaution. En créant un “comité consultatif” qui s’adresserait au public et lui fournirait des “conseils”, ils tentent d’éviter une véritable discussion sur les dangers et la gouvernance de la géo-ingénierie solaire.

La mission du comité est de “s’assurer que le projet SCoPEx est entrepris de manière transparente, responsable et légitime”. Le comité, par définition, ne peut pas le réaliser. Il n’a aucune qualification et aucune compétence pour le faire.  Tous les membres du comité consultatif sont basés aux États-Unis, et la plupart d’entre eux sont des universitaires. Ils ont été sélectionnés par un groupe de trois scientifiques connus pour leur soutien à la recherche en géoingénierie.

Auparavant, 40 organisations ont envoyé une lettre à chacun des membres du comité consultatif de SCoPEx, leur demandant de cesser de donner une légitimité à un projet qui va à l’encontre de la volonté de la majorité du monde. La lettre se lit, en partie, comme suit

« Les décisions relatives à la géoingénierie nécessitent une gouvernance mondiale, démocratique et transparente, et bien que nous comprenions que le but du Comité consultatif est de contribuer à la prise en compte de certaines des dimensions mondiales de ce projet, il doit être clair qu’un organe désigné ne peut remplacer la gouvernance mondiale, démocratique et transparente d’un projet de géoingénierie qui a des implications de grande envergure. »

Le Comité n’a jamais répondu à cette lettre, et au lieu de cela, il demande maintenant que des commentaires sur le projet lui soient envoyés dans un processus qui manque totalement de transparence – incroyablement, seul le Comité verra les commentaires ! Nous considérons cela comme une parodie de participation, et un pas évident vers la légitimation du projet. Nous refusons donc de participer à cette mascarade. 

Cette technologie, si elle est développée et mise en œuvre, pourrait avoir des effets négatifs sur des milliards de personnes. Les chercheurs affirment que la géo-ingénierie solaire pourrait avoir les effets suivants (parmi beaucoup d’autres) :

• Sécheresses et inondations en Afrique et en Amérique du Sud

Perturbation de la mousson en Asie

• Des effets de rétroaction imprévus qui déstabilisent le climat mondial

• Un pouvoir politique et économique accru pour l’industrie des combustibles fossiles

• Utilisations militaires et géopolitiques par les pays qui contrôlent la technologie

Autrement dit, les effets du développement de la technologie de géo-ingénierie solaire sont mondiaux. Ils s’inscrivent dans une tentative d’ouvrir unilatéralement une voie vers la géo-ingénierie solaire, qui est une menace pour l’humanité.

Nous demandons plutôt l’arrêt de SCoPEx et de toutes les autres expériences de géo-ingénierie en plein air. Un débat global de la base, avec une large participation de la population et du Sud, devrait être le point de départ de toute discussion sur sa gouvernance. Ce débat devrait non seulement aborder les effets négatifs de la géoingénierie, mais aussi ouvrir la question de savoir s’il s’agit d’un domaine qui devrait être exploré.

Le comité directeur de la campagne HOME estime qu’il est important de dénoncer ce processus et nous vous demandons donc de lire attentivement cette déclaration/lettre préparée par certaines des organisations membres de la campagne HOME et d’envisager de la signer si vous êtes d’accord.

Le comité directeur de la campagne HOME estime qu’il est important de dénoncer ce processus et nous vous demandons donc de lire attentivement cette déclaration/lettre qui a été préparée par certaines des organisations membres de la campagne HOME et d’envisager de la signer si vous en acceptez le contenu. Nous vous demandons d’envoyer vos signatures (nom de l’organisation et pays) à cette adresse électronique : coordinator@handsoffmotherearth.org – Nous sommes heureux de recevoir d’autres signatures pour cette déclaration, même après le 31 juillet.

HOME Manifeste

Plus d’informations sur la géo-ingénierie ici

Signataires de la déclaration:

  1. Abibiman Foundation (AF) – Ghana
  2. AbibiNsroma Foundation (ANF) – Ghana
  3. Acción Ecológica – Ecuador
  4. Acción por la Biodiversidad – Argentina
  5. African Centre for Biodiversity (ACB) – South Africa
  6. African Ecofeminists Collective – Africa
  7. African Water Commons Collective – South Africa/Africa
  8. Agricultural Policy Network-Kenya
  9. Fundacion Aguaclara – Venezuela
  10. Alianza por la Biodiversidad en América Latina – International
  11. Alliance for Empowering Rural Communities (AERC) – Ghana
  12. Amigos de la Tierra (Friends of the Earth) – Spain
  13. Association Adéquations – France
  14. BASE IS – Paraguay
  15. Biofuel Watch – UK and USA
  16. Blue Planet Project (BPP) – Canada
  17. Censat Agua Viva / Friends of the Earth – Colombia
  18. Centro de Protección a la Naturaleza y la Multisectorial Paren de Fumigarnos – Argentina
  19. Centro Ecológico – Brazil
  20. Colectivo por la Autonomía – Mexico
  21. Colectivo Viento Sur – Chile
  22. Congo Basin Conservation Society CBCS-NETWORK – Democratic Republic of Congo (DRC)
  23. Consumers Association of Penang – Malaysia
  24. Corporate Accountability International (CAI) – USA
  25. Corporate Accountability & Public Participation (Africa) – Nigeria
  26. Desarrollo Económico y Social de Los Mexicanos Indígenas, a.c. (DESMI, A.C.) – Mexico
  27. ETC Group – International
  28. Fórum Mudanças Climáticas e Justiça Socioambiental – FMCJS – Brazil
  29. Friends of the Earth Australia – Australia
  30. Friends of the Earth International – International
  31. Friends of the Earth Malaysia – Malaysia
  32. Friends of the Earth Scotland – Scotland
  33. Fundacion Aguaclara – Venezuela
  34. Fundación La Negreta, República Dominicana – Dominican Republic
  35. Fundación Terram – Chile
  36. Geoengineering Watch – USA/International
  37. Global Justice Ecology – USA
  38. Global Justice Now – International
  39. Grain – International
  40. Grassroots Women Initiative Network – Kenya
  41. Growth Partners Africa – Kenya
  42. Grupo de Estudios Ambientales (GEA AC) -Mexico
  43. Grupo Semillas – Colombia
  44. Gobierno  Territorial Autonónomia de la Nacion Wampis – Peru
  45. Health of Mother Earth Foundation – Nigeria
  46. Heinrich Böll Foundation (HBF) – International
  47. IGAPO Project – France
  48. Indigenous Environmental Network (IEN) – Turtle Island (North America)
  49. International Association of People’s Lawyers – Australia
  50. Red Internacional Descolonialidad del Poder y Autogobierno – SocialJusticia
  51. Ambiental (JA!) – Mozambique
  52. Kenya Food Rights Alliance – Kenya
  53. Kenya Peasants League – Kenya
  54. La Asamblea Veracruzana de Iniciativas y Defensa Ambiental – México
  55. La via Campesina (LVC) Southern and Eastern Africa
  56. Marcha Mundial de las Mujeres / World March of Women – Chile
  57. Movimiento Ciudadano frente al Cambio Climatico (MOCCIC) – Peru
  58. No REDD in Africa Network (NRAN) – Africa
  59. NOAH / Friends of the Earth – Denmark
  60. Núcleo de Agroecología de Brasil (GWATÁ) – Brazil
  61. Oilwatch International
  62. Oilwatch Togo – Togo
  63. Programa de Pos Grado em Geografia, UEGoiás (PPGEO/UEG) – Brazil
  64. Red de Coordinación en Biodiversidad – Costa Rica
  65. REDES-AT / Friends of the Earth – Uruguay
  66. Regional collective / La Via Campesina – Colombia
  67. Research and Support Center for Development Alternatives-Indian Ocean (RSCDA-IO) – Madagascar.
  68. Santa Cruz Climate Action Network – USA
  69. South Durban Community Environmental Alliance (SDCEA) – South Africa
  70. Southern Africa Green Revolutionary Council (SAGRC) – South Africa
  71. Sustainability and Participation through Education and Lifelong Learning (SPELL) – Philippines
  72. The LEAP – Canada
  73. Third World Network (TWN) – International
  74. TONATIERRA – USA
  75. WhatNext? – International
  76. Women’s Environment & Development Organization (WEDO) – USA
  77. WoMin African Alliance – Africa
  78. World Rainforest Movement (WRM) – International
  79. Young Christian in Action for Development – Togo
  80. Youth for Environment Education and Development Foundation (YFEED Foundation) – Nepal